Voici l'article "in extenso":

Dans cent jours, le Staatsoper, plus vieil opéra de Berlin, va baisser son rideau pour la dernière fois avant trois ans pour une cure de jouvence indispensable: des fondations à la machinerie, tout est menacé.
Dans un piteux état, le plus vieux des trois opéras berlinois baptisé initialement "Lindenoper" pour devenir le "Staatsoper unter den Linden" après la chute de l'empire allemand en 1918, nécessite de lourds travaux de rénovation.

La dernière représentation aura lieu le 5 juin, il déménagera à l'automne au théâtre Schiller, dans l'ouest de Berlin.
La salle a acquis une renommée internationale vers la fin du XIXe siècle grâce à des grands noms de chefs d'orchestre-compositeurs tels que Felix von Weingarten, Karl Muck ou Richard Strauss.
Les fissures visibles sur la façade du bâtiment, qui trône depuis 1743 sur la célèbre avenue Unter den Linden (en français, sous les tilleuls) et qui fut ravagé par un siècle plus tard et par deux bombardements pendant la IIe guerre mondiale, ne sont qu'une pointe de l'iceberg.
Il y a urgence pour "les fondations, la machinerie, et la protection contre les incendies" de cet opéra dont la première mondiale du "Robin des Bois" de Carl Maria von Weber en 1821 figure parmi les moments forts de son histoire, a indiqué à l'AFP Johannes Ehmann, porte-parole du Staatsoper.
Montant des réparations: 239 millions d'euros dont 200 financés par l'Etat et 39 par la municipalité, les mécènes et amis de l'opéra.
Pour récolter des fonds et faire de la place avant le grand déménagement, une vente de costumes originaux de diverses productions dont "La Walkyrie", "Turandot", "les Maîtres chanteurs de Nuremberg", sera organisée le 6 mars.
Elle sera suivie d'un jeu de piste autour de l'écrivain allemand Friedrich von "Schiller", pour familiariser le public amateur au nouveau domicile élu dans le théâtre qui porte son nom.
Au Schiller Theater, c'est le branle-bas de combat pour être prêt pour le 3 octobre 2010, début de la nouvelle saison du Staatsoper, situé dans l'ancien Berlin-Est.
Depuis janvier 2009, 30 sociétés et 80 personnes s'affairent à le transformer ce théâtre des années 1950 en scène d'opéra.
Pour des raisons d'acoustique, les moquettes en velours en été retirées, la fosse d'orchestre a été agrandie pour accueillir les 120 musiciens du Staatsoper et la technique de scène modernisée. "L'opéra a des besoins tout autres que ceux d'un théâtre", explique Andreas Zerr, l'un des architectes chargés du projet.
"Peut-être que nous ne voudrons plus quitter les lieux en 2013", plaisantait récemment le nouvel intendant désigné du Staatsoper, Jürgen Flimm, dans le journal berlinois Tagesspiegel.
Un bémol toutefois: le nombre de sièges. Environ 980 au Schiller Theater contre 1.394 au Staatsoper qui a enregistré un taux d'occupation record de 87,4% avec 244.861 spectateurs au de ses 288 représentations l'an dernier.
Le Schiller Theater, plus grand théâtre berlinois, avait été contraint de fermer en 1993 et de licencier son personnel fixe en raison du gouffre dans lequel la capitale allemande se trouvait juste après la réunification.
Par la suite, sa scène avait été utilisée notamment pour des comédies musicales ou encore par le théâtre berlinois Maxim-Gorki, le temps de sa rénovation entre janvier et octobre 2000.