Comme vous le savez sans doute, les Berlinois circulent beaucoup à vélo. Dans certains quartiers de Berlin ils seraient jusqu’à 20% à utiliser exclusivement ce type de transport…Rien ne les arrête : ni la pluie, ni même la neige ! 

Il faut dire que Berlin se prête particulièrement à ce type de transport : la ville est plate, relativement étendue et sans trop de circulation automobile…Et bien sûr, c’est écologique.

Cet aspect n’est pas négligeable, car contrairement aux Parisiens, les Berlinois accordent beaucoup d’importance à l’écologie, et pas que dans les mots. Le Parisien l’est malgré lui, car il faut bien avouer qu’à Paris intra muros, il est facile d’être écolo : il y a une station de métro à tous les coins de rue et des rames touts les 2 minutes environ…Sans compter qu’il est de plus en plus difficile de circuler à Paris, et je ne parle même pas du stationnement. Ainsi, je n’utilisais jamais ma voiture à Paris, alors qu’ici je renonce à l’utiliser que pour des raisons écologiques…Ce que je regrette très souvent d’ailleurs, car ne m’étant pas adaptée au vélo, je galère dans leurs transports en commun…Mais ça c’est une autre histoire !

Ce dont je voulais parler aujourd’hui, c’était du tricycle pour adultes qui est une des particularités de « Mon Berlin » (Mitte et Prenzlauer Berg surtout, c'est-à-dire les quartiers « BIOBO »). En effet, par ici, il est du dernier chic d’avoir ce genre de véhicule lorsqu’on a des enfants en bas âge (jusqu’à 5-6 ans environ, puisqu’après ils font du vélo). Ce tricycle a tout pour plaire à un « BIOBO » : il est écolo, il est beau, il est pratique….un peu cher aussi, mais ça fait partie du code.

C'est ainsi, que vers 16 heures, on voit débarquer dans les "Spielplatz" (aire de jeux), les Mamans et parfois les Papas avec leur progéniture, leurs courses, un pique-nique entassés dans leur fameux "Lastenrad"...Comme un signe de ralliement, de reconnaissance de parents parfaits faisant partie d'une caste se donnant bonne conscience, en consommant écolo et bio....Ici, pas d'enfants habillés en Jacadi ou Bonton, mais des triporteurs Nihola ou Fiestfabrik!

sapins

triporteur

Ainsi, la société Nihola, d’origine danoise, a le plus gros du marché berlinois. Cela ne doit pas concerner grand monde, puisque sur leur site ils parlent de 7000 clients en Europe, dont 6000 au Danemark…Mais comme ils sont concentrés sur 2, 3 quartiers, à Mitte j’en vois beaucoup. 

Le prix de base de cette petite merveille entièrement montée à Berlin, selon les desiderata du client, est de 2300 euros…Chez Fietzfabriek, des Hollandais installés à Berlin également, ils sont un peu moins chers, mais il faut toujours compter 2000 euros environ. Pas si cher, mais quand même…Disons qu’un tel investissement nécessite d’adopter le mode de vie berlinois, ce que je n’ai pas réussi à faire…En tant que Parisienne, j’ai toujours tout fait à pied, et j’ai du mal à changer mes réflexes. Ici, les gens prennent leur vélo pour faire 100 mètres…Ca ne m’effleure même pas l’esprit.

Pour amener mes enfants à la kita, (jardin d’enfants) j’ai gardé ma bonne vieille poussette jusqu’à ce qu’ils marchent assez bien pour y aller à pieds…Il faut dire que j’ai fini par trouver de la place dans une  kita proche de chez moi. Mais j’avoue qu’avant je les amenais souvent en voiture, alors que la kita n’était qu’à 1 kilomètre…Pas bien ! Je sais…Mais on trouve une place devant la Kita sans problème…Et ma voiture n’a même plus la valeur marchande de ce magnifique tricycle, tout en me servant beaucoup plus… 

Avec des jumeaux plus jeunes, j’aurais peut-être succombé à l’achat de cet objet…Je ne sais pas…Ce qui est sûr, c’est que cela restera pour moi un symbole de la douceur de vivre berlinoise inadaptable dans une ville comme Paris. 

http://www.nihola.de

http://www.fietsfabriek.de